Assurance décès

Assurance décès

L'assurance décès peut être une alternative et/ou un complément à un testament dans une succession. Il s'agit en effet, dans les deux cas, de prévenir la situation financière dans laquelle on laisse ses proches après son décès. L'assurance décès présente l'avantage d'être considérée comme hors succession.

Qu'est-ce que l'assurance décès ?

L'assurance décès est une solution de prévoyance. Elle permet de couvrir un risque de décès, l'invalidité ou encore une incapacité de travail. L'assurance décès est obligatoire dans le cadre d'un achat immobilier relatif à l'achat d'une résidence principale.

A la mort ou en présence d'un accident grave dont serait victime le souscripteur, le capital accumulé jusqu'alors est versé au(x) bénéficiaire(s) du contrat. L'assurance décès est particulièrement utile lorsque l'on souhaite protéger financièrement sa famille en cas de décès, en cela elle facilite le deuil et se rapproche des démarches testamentaires.

L'assurance décès dans les faits ?

En souscrivant à une assurance décès, le souscripteur s'engage à verser des cotisations de façon régulière (mensuelle, trimestrielle ou annuelle). La valeur des cotisations dépend directement de l'âge du souscripteur, ainsi plus ce dernier est âgé, plus les cotisations sont importantes. Le montant des cotisations dépend aussi du montant que le souscripteur souhaite voir verser à son (ses) bénéficiaire(s) au moment de son décès, les cotisations étant proportionnelles au montant de l'assurance. Ainsi un capital d'assurance décès élevé implique des cotisations plus importantes.

Au décès du souscripteur, l'assureur reverse au(x) bénéficiaire(s) le montant accumulé sous forme :

  • de capital, somme destinée à être reverser au(s) bénéficiaire(s) ou être utilisée pour financer les obsèques. L'assurance décès se rapproche de l'assurance obsèques.
  • de rente : plus exactement une rente éducative qui sera utilisé pour financer les études d'un enfant.

Le contrat d'assurance décès peut servir plus largement en cas d'invalidité, de garantie décès accidentelle, d'incapacité de travail, de perte d'emploi... Il faut dans ce cas souscrire aux garanties correspondantes.

L'assurance décès peut, ainsi, être obligatoire lors d'un emprunt immobilier. Certains établissements prêteurs imposent, en effet, aux emprunteurs la souscription à une assurance décès, invalidité ou encore incapacité. Cette assurance permet de prévenir une incapacité de l'emprunteur de rembourser son prêt.

 N'oubliez pas la convention obsèques 

Assurance décès : assurance à durée déterminée

L'assurance décès est une assurance à durée déterminée. En effet, une assurance prévoyance est une assurance temporaire, c'est-à-dire qu'elle est limitée dans le temps. L'assurance prend généralement fin lorsque le souscripteur atteint un âge limite, déterminé à la signature du contrat d'assurance décès.

Inconvénients de l'assurance décès

Si le souscripteur est encore en vie à l'âge en question, l'assurance prend fin et l'assuré perd ses cotisations, au même titre qu'un assuré aurait cotisé pour couvrir les risques d'accident d'un véhicule et vendrait son véhicule sans n'avoir jamais été accidenté.

On dit ainsi que l'assurance décès est une assurance à fonds perdu. les cotisations n'étant pas récupérées dans le cas où le souscripteur est encore en vie à la fin du contrat, contrairement à l'assurance vie.

On parle dans ce cas de mutualisation des risques. L'assureur récupère en effet les fonds pour assurer un autre souscripteur.

Avantages de l'assurance décès

A l'inverse, si le souscripteur est décédé avant la fin du contrat, le capital reversé au(x) bénéficiaire(s) peut être bien plus élevé que les cotisations effectuées par le souscripteur. Mais attention, certaines règles sont tout de même à respecter pour que le capital décès soit débloqué par l'assureur. Certaines situations (exclusions) permettent à l'assureur de refuser le versement du capital, notamment en cas de suicide de l'assuré.

 N'oubliez pas la convention obsèques 

Idée reçue

Contrairement à une idée reçue, il n'y a pas d'âge pour souscrire à un contrat d'assurance décès. L'assurance décès n'est en aucun cas réservée aux seniors. L'assurance décès avec garantie d'invalidité peut, par exemple, servir à un jeune couple pour emprunter lors de l'achat d'un bien immobilier et garantir à la banque prêteuse que le crédit sera effectivement remboursé en cas de décès de l'emprunteur.

L'assurance décès peut aussi être pratique lorsque l'on souhaite se couvrir des besoins précis, par exemple assurer l'éducation d'un de ses enfants avec une rente éducative.

Utiliser l'assurance décès pour couvrir les droits de succession

Les droits de succession peuvent être très lourds et obligent parfois les familles à vendre une partie du patrimoine du défunt uniquement pour les régler. L'assurance décès, si l'on est capable d'estimer les droits de succession, peut être un instrument intéressant pour couvrir ces frais de contracter une assurance décès et ainsi préserver son patrimoine.

 Optimisez la fiscalité de votre succession 

Combien coûte une assurance décès ?

Prenons l'exemple de Roland, 60 ans, qui souhaite que son amie Martine reçoive 50 000 € au moment de son décès. Sa cotisation mensuelle, selon l'assureur, variera de 54 à 92€, selon une simulation faite auprès d'Assurland.