FAQ

Peut-on refuser le don d’organe ?

Don d’organes : une démarche devenue non volontaire

Peut-on refuser le don d’organe ? Découvrez s’il est possible de refuser le don d’organes avec Testamento.fr

Avant avril 2015, le don d’organe était une démarche volontaire qui pouvait se manifester soit par des directives anticipées ( détenir sur soi sa carte de donneur d’organes et faire savoir sa décision à ses proches, familles et amis), soit par une décision de la famille.

Depuis le vote de l’Assemblée Nationale, le 15 avril 2015 de la loi sur le don d’organes, toute personne majeure est aujourd’hui considérée comme donneur potentiel et les familles ne seront plus consultées mais seulement informées d’une éventuelle décision de prélèvement d’organes par le corps médical. Ces dispositions sont en vigueur depuis le 1er janvier 2018.

Refuser le don d’organes : se prononcer de son vivant

Dans la perspective où toutes les conditions médicales seraient un jour réunies pour qu’un prélèvement d’organes soit effectué, peut-on refuser le don d’organe ? Oui. Il est tout à fait possible de se prononcer de son vivant sur le refus de don d’organe, pour soi même ou pour ses proches.

Il suffit simplement de s’inscrire au fichier national du refus de don d’organe. L’inscription peut être effectuée à partir de l’âge de 13 ans. Toute personne décédée susceptible d’être prélevée de ses organes fera obligatoirement l’objet d’une recherche préalable dans ce fichier par le personnel médical coordinateur.

Si la personne décédée n’est pas inscrite au fichier national de refus de dons, le médecin coordinateur se tournera vers la famille et les proches pour savoir si des décisions avaient été déjà évoquées avant la mort en matière de don d’organe ou de refus de don.

Il va s’en dire que refuser un don d’organes est un choix personnel et il n’appartient à personne de juger l’autre pour sa décision d’inscription, pour lui même ou pour l’un de ses enfants mineurs ou majeurs sous tutelle, au sein du registre national de refus de dons d’organes.

S’inscrire au fichier national de refus de dons d’organes c’est aussi une façon de ne pas vouloir imposer cette situation à ses proches. Même si toute personne décédée et répondant aux exigences du don d’organes sera désormais considérée comme donneuse potentiel, la famille peut ne pas avoir appréhendé cette perspective qui peut se révéler très angoissante. A la violence du décès s’ajoute celle de l’information (les familles seront désormais informée et non plus consultées au sujet des prélèvements).

Ainsi que l’urgence de la situation. Si la personne n’a pas manifesté de son vivant sa décision, à savoir refuser le don d’organe ou l’accepter, les équipes de coordination vont s’adresser aux proches pour en savoir un peu plus sur la personnalité du donneur, sur ses convictions, ses valeurs.

Refuser le don d’organe, de se positionner en tant que donneur d’organes c’est aussi simplifier le travail de ces équipes de coordination.

Exprimer ses volontés en ligne avec le service « Mes Volontés »

Vous pouvez désormais vous exprimer sur vos volontés en matière de don d’organes en ligne avec le service « Mes Volontés ».

Questions les plus consultées :

Testament olographe ou testament authentique : quelles différences ?
Peut-on contester un testament olographe ?
Comment annuler un testament olographe ?
Qu’est-ce qu’un testament olographe ?
Comment modifier mon testament olographe déjà écrit ?
Qu’est-ce que le Testament Express de Testamento ?
Pourquoi utiliser Testamento ?


Les offres de Testamento

Testamento, leader de l’anticipation successorale depuis 2013, vous propose un ensemble de services pour sécuriser votre succession.

Dans notre espace sécurisé et 100% confidentiel, vous pourrez découvrir qui sont vos héritiers en l’absence de testament, inventorier vos biens essentiels, sécuriser et partager vos dernières volontés et rédiger votre testament olographe, qui pourra être inscrit par votre notaire ou un notaire partenaire.

Au travers de nos partenariats avec des acteurs majeurs de la banque et de l’assurance, nos services sont déjà accessibles à plus de 2.5 millions de personnes.

Prêt à démarrer ?

Vous souhaitez recevoir gratuitement notre newsletter mensuelle ?