• Post category:presse
atlantico logo grand

Testamento dans Atlantico : « En deux clics, partez tranquille« 

« En deux clics, partez tranquille« . Testamento existe depuis fin 2013 et renseigne les utilisateurs sur les dispositions à prendre pour rédiger un testament. Le site est aussi muni d’un outil qui permet d’enregistrer son testament en ligne.

Écrire son testament, c’est souvent un acte que l’on repousse indéfiniment. Déjà parce que cela renvoi à sa propre mort, mais surtout parce que les termes juridiques sont bien souvent incompréhensibles. C’est pour changer tout cela que Virgile Delporte a créé Testamento. « Notre vision, c’est de démocratiser le testament, l’expliquer, le démystifier et le dédramatiser ». Pour y parvenir, il créé avec deux autres co-fondateurs un site d’informations sur le sujet avec un outil de rédaction de son testament en ligne. « La plupart des gens ne savent pas qui sont leurs héritiers. On part de tellement loin…le vocabulaire de succession est une catastrophe ».

Ayant suivi une formation dans le commerce international et la finance, Virgile a dû s’entourer de notaires et d’avocats pour créer Testamento : « c’est ce qui fait ma force. Comme je ne suis pas juriste, je me suis entouré d’énormément de conseils qui ont fait des efforts pour être compris par tous les internautes ».

Il a toujours eu la fibre entrepreneuriale : « j’avais dans l’esprit d’entreprendre depuis ma plus tendre enfance, mais juste après mon école, je me suis dis que ce serait suicidaire ». Pourtant il a failli monter une boite avec son frère Sylvain à cette époque « mais c’était trop tôt. On a décidé de se spécialiser chacun dans un domaine et il est devenu ingénieur ». Aujourd’hui, il fait partie de l’aventure Testamento et permet à la start-up d’avoir la maîtrise totale de sa technologie. Un de leur ami, issu d’une famille de notaire est venu compléter ce tandem. Ce qui a surtout aidé Virgile à se lancer, c’est l’expérience qu’il a eu à l’étranger, où il a fait une partie de ses études : « ça aide à prendre des risques, ça décomplexe ».

Pour l’instant, Testamento propose deux formules différentes : une à 34,90 euros et l’autre à 69,90 euros et ne traite que la succession horizontale, entre époux, conjoints, pacsés, etc. Virgile rappelle qu’il n’est pas là pour faire de la concurrence aux notaires et qu’ils ont même un place importante : « On dit seulement que si votre cas est simple et vos objectifs précis, vous pouvez trouver votre bonheur sur Testamento. En plus, le faire sur internet retire une épine du pied. Je fais gagner du temps aux utilisateurs ». Par contre, le site ne traite pas encore les situations complexes comme celles des familles recomposées avec enfants d’une union précédente par exemple.

La loi Macron, qui veut s’attaquer aux professions réglementées juridiques et l’engouement pour la start-up placent Testamento dans un tourbillon médiatique qui a contraint Virgile Delporte à prendre quelques cours de média training. Mais cette partie de son travail ne lui déplait pas non plus : « j’ai l’impression qu’on aura peut-être modestement contribué à l’ouverture sur ce sujet ». Les journées sont très denses pour lui comme pour les 5 personnes avec qui il travaille. Malgré tout, il parvient à se réserver des moments privilégiés : « je préserve toujours du temps pour ma famille et j’accorde beaucoup d’importance à l’environnement, l’épanouissement et une bonne hygiène de vie ». Et comme Testamento prévoit, dans les années à venir, de contribuer au doublement du nombre de testaments, mais également élargir son offre et même pourquoi pas adapter l’idée du site à une autre thématique, Virgile prévoit d’embaucher davantage.

« La remise en question est permanente, il faut aussi être persévérant, ouvert et surtout faire preuve d’humilité ». C’est en ça que l’incubateur lui apporte beaucoup : « j’ai eu la chance d’être accompagné très tôt, ce qui permet d’avoir un regard extérieur et moins passionné pour garder la tête froide ».

Par Pauline Leduc